La mode et le développement durable

Partagez :  


no more fashion victims

Vous connaissez les conséquences éthiques et environnementales de notre culture de la mode, les vêtements devenus jetables du fait de notre obsession pour les dernières tendances et les nouvelles collections.

Chaque année des millions de vêtements, de bijoux, ou d’accessoires de mode sont jetés, une bonne raison de passer par des associations pour les donner, ils serviront plus à des gens qui en ont vraiment besoin qu’aux décharges de votre ville. Et en y réfléchissant notre amour pour la mode pourrait jouer un rôle dans l’avenir de la planète et des êtes vivants. Comment me direz-vous ? En recyclant au maximum !

Les gouvernements se bougent !

En 2009 à Londres, à l’occasion de la London Fashion Week, le Defra (Département de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires Rurales en français), département exécutif du gouvernement britannique, a lancé une roadmap, feuille de route du vêtements durables, définissant la mode comme un protagoniste important dans l’écologie au vu des millions de tonnes de vêtements, d’accessoires de mode achetés chaque année au Royaume-Uni, les autres membres de l’Union Européenne devrait suivre l’affaire de près. L’initiative a été prise conjointement par le gouvernement, l’industrie de la mode et les ONG, l’objectif étant de réduire considérablement l’impact environnemental des vêtements et des tendances sur la planète. A ce sujet, l’Ethical Fashion Show de l’année 2012 se déroule début mars à Paris, organisé par l’association Universal Love.

Nous devons tous nous sentir concernés, nous consommateurs de mode, ces organisations nous encouragent à être fiers de porter des vêtements éthiques qui aident à préserver notre environnement. La mode n’ayant pas de limite, sa version éthique est tout aussi tendance qu’avant ! Quand on sait que les entreprises et les industries du textile perdent 2% de leurs bénéfices par an en négligeant l’utilisation de leur énergie, de l’eau et de leurs déchets, l’approche durable a finalement du sens pour les plus commerciales d’entre elles.

L’empreinte écologique

Elle est tout simplement énorme ! Les produits de la mode utilise des quantités astronomiques d’eau et d’énergie, et contribue avant même d’être jetés à l’accumulation de déchets. Le coton est ainsi à l’origine de 25% de la consommation mondiale d’insecticides. Les trois quarts de l’impact sur les changements climatiques sont réalisés par le nettoyage et le séchage de nos vêtements, nos accessoires de mode donc une fois achetés. Il y a tout intérêt à mettre en place des engagements durables en amont et en aval pour limiter cette empreinte écologique massive. Les mentalités changent et les actes également, aujourd’hui la moitié des vêtements usagés finissent dans les décharges, mais ce n’est pas assez. L’empreinte est également marquée sur l’industrie et tout ce qu’elle a de social, celle-ci a en effet était longtemps critiquée pour le manque de normes éthiques au niveau de la main d’œuvre à l’échelle mondiale.

Réduire la consommation d’énergie par l’industrie fait partie des enjeux de la mode éthique et durable. Le plan d’action a défini les actions des divers intervenants de ce marché afin d’améliorer la viabilité de la fabrication des vêtements. Une quarantaine déjà est intervenue dans sa production, on retrouve ainsi des actions à plusieurs niveaux du cycle de vie du produit, projets de recyclage dans les magasins et des normes sur le carbone et l’utilisation des matières organiques. Ainsi, une industrie à réduit de 90% son empreinte carbone en utilisant l’énergie éolienne pour son usine de fabrication en Inde. Il est possible pour l’industrie de la mode de faire avancer l’écologie et le développement durable, il suffit de le vouloir.

Les associations françaises dans tout ça

sac de plageL’Association du Docteur Fatiha (ADF) agit pour l’environnement au Maroc. Cette association française a pour objectif d’aider à un développement durable au Maroc dans un premier temps et au monde dans la mesure du possible. L’idée est de protéger l’environnement et de soutenir le travail rémunéré pour les femmes. Le projet de l’association en Afrique du nord comporte trois dimensions supplémentaires, la première est la mise en place de point de récupération des sacs plastiques dans les écoles et la sensibilisation des élèves aux problèmes environnementaux générés par les déchets plastiques. La seconde est la création d’activités pour le recyclage des sacs plastiques et la dernière la création d’un centre de recyclage complet.

Mais où se trouve la connexion avec la mode me direz-vous ? J’y viens ! Le recyclage des sacs plastiques consistent à les travailler selon les techniques développées par l’entreprise Ifassen pour les transformer en accessoires de mode. Et oui, on peut bel et bien fabriquer de magnifiques accessoires de mode à partir de vulgaire poche en plastique. Ces techniques permettent de créer un sac à main à partir de 50 sacs en plastique. Autant dire que chaque sac que vous pourriez acheter sera un geste énorme pour la planète. Et le résultat il faut le dire est exceptionnel.

Une réflexion au sujet de « La mode et le développement durable »

  1. Belle article, il est vrai qu’on a « tendance » à oublier le mal que l’on puisse faire et toutes ces victimes de la mode.
    Il ne faut pas oublier l’impact de notre passion sur la planète…

    Bien dit en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>